La loi exige des normes de sûreté aux ascenseurs dans le terme de la mise en synchronisme du vieux parc. Pour les appareils non équipés de mécanismes permettant de pallier aux menaces les plus sérieuses, il s’avère crucial d’effectuer les tâches de sécurisation appropriées avant leurs dates de péremption respectives.

Base de sécurité d’un ascenseur

La sécurisation d’un ascenseur repose sur l’assurance du verrouillage des portes palières ; l’accès sans risque des individus à la cage ; la sécurité des usagers contre les heurts causés par la clôture des portes ; la prévention des dangers de chute et d’effondrement de la cage ; la défense contre les désorganisations de la célérité de la cabine ; la mise à la disponibilité des abonnés de moyens d’alarme et d’échange avec un département d’intervention ; le paravent des équipements électriques de l’installation ; l’accès sans-souci des employés d’intervention aux salles des machines, aux dispositifs associés et aux surfaces sillonnés par la cabine ; l’impossibilité pour toute personne autre que les personnels d’intervention d’accéder aux locaux des machines, aux équipements amalgamés et aux espaces franchies par la cabine.

Les règles en application

La plupart des ascenseurs, peu importe leur taille, se soumettent aux normes de sécurité les plus rationnelles. Par exemple, le mini-ascenseur est fabriqué pour répondre aux règlements de sécurité européenne en application. Parmi les mesures de sûreté figurent une plateforme élévatrice conçue en acier de qualité, annexée à un tapis antidérapant et d’arêtes protégées, qui arrêtent l’ascenseur s’il fait face à une obstruction. L’ascenseur fonctionne exclusivement quand l’usager appuie sur l’un des interrupteurs de destination. Il avance à une rapidité régulière et testée. Au nombre des options se trouvant sur le panneau de commande se trouvent un bouton d’alerte et une lumière d’urgence. En sus, l’ascenseur privatif est équipé d’un mécanisme de descente d’urgence, à partir duquel, en cas de coupure de courant, l’utilisateur sera toujours apte à descendre en pressant sur les boutons.

Les futures réglementations en vigueur

Sachez également qu’avant le 3 juillet 2018, les procédures de sécurité qui suivent doivent aussi être mises en rigueur : une tactique de contrôle pour stopper et maintenir à niveau la cage d’ascenseur de nature à garantir, à tous les étages desservis, un passage sans danger et notamment l’accessibilité des individus handicapés ou à mobilité restreinte dans les ascenseurs posés subséquemment au 31 décembre 1982 ; un système de protection contre le rythme excessif de la cage en ascension concernant un ascenseur électrique à adhérence.

——————————

Pour en savoir plus :

https://www.service-public.fr/particuliers/